Raoul Dufy

Raoul Dufy est un artiste français, né en 1877 et décédé en 1953. Son œuvre est exposée dans les plus grands musées du monde. En 1911, le plus célèbre couturier de son époque, Paul Poiret, remarque son œuvre. Ensemble, ils créeront « La Petite Usine », atelier de fabrication de tissus imprimés dessinés par l’artiste et qui contribueront à la renommée du couturier. De 1912 à 1930, Dufy dessinera des tissus pour la grande maison de soieries de Lyon Bianchini-Férier.

POUR TOUT RENSEIGNEMENT SUR LES ŒUVRES DISPONIBLES, CLIQUEZ SUE « DEMANDE D’INFOS ».

Raoul Dufy

« Peindre, c’est faire apparaître une image qui n’est pas celle de l’apparence naturelle des choses, mais qui a la force de la réalité. » Raoul Dufy

Raoul Dufy est un artiste français né le 3 juin 1877 au Havre et décédé à Forcalquier, Provence le 23 mars 1953.

En 1900, il obtient une bourse et entre à l’École des Beaux-Arts de Paris. Il fréquente aussi l’atelier de Léon Bonnat où il retrouve son ami Othon Friesz avec qui il partagera un atelier à Montmartre. En 1903, il expose au Salon des Indépendants. En 1905, il découvre la peinture de Matisse qui exercera une forte influence sur lui. Il rejoint le mouvement du Fauvisme, peint avec des couleurs vives et pures qui transcrivent les émotions. Il s’essaie au cubisme de Cézanne au cours de séjours en Provence avec Georges Braque, puis il développe son propre langage pictural fondé sur la dissociation de la couleur et du dessin. À partir de 1920, Dufy structure ses toiles avec de larges aplats de couleurs vives sur lesquels il ajoute le dessin.

Grand coloriste, Raoul Dufy a eu une production considérable et multiple de tableaux, dessins, gravures, création de tissus pour le célèbre couturier Paul Poiret, décors pour Cocteau, commandes publiques et expositions à travers le monde. Son œuvre monumentale la plus connue est La fée électricité, une peinture de 624m2 qui fut très longtemps la plus grande peinture au monde et qui est toujours exposée au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

Un an avant sa mort, il remporte le prix de peinture de la 26e Biennale de Venise qui couronne l’ensemble de son œuvre. La gaieté exprimée dans ses œuvres lui ont valu le surnom de « peintre de la joie ».